le stand d' icônes

Lorsque des amis ou visiteurs viennent chez moi, la première chose qu'ils remarquent, ce sont les icônes sur mes murs.

Les icônes sont une de mes passions. Maintenant je ne peux plus les peindre, mais j'ai envie de vous faire partager cette passion. J'ai découvert cet art alors que, Il y a quelques années, de passage pour la journée à Roman, je m'ennuyais car je devais attendre toute la journée pour pouvoir rentrer chez moi. je suis donc allée dans la librairie qui est devant la cathédrale, et là, je suis "tombée" sur un livre qui parlait des icônes orthodoxes. À ma demande, le libraire est allé me chercher un autre livre que j'ai dévoré et de là est née ma passion. Bien sûr j'ai acheté ces deux ouvrages et je me suis renseignée, puis formée grâce à d'autres ouvrages et le net. Cela m'a pris plus d'un an avant que j'ose aborder ma première icône.

Peindre des icônes demande beaucoup de patience, de concentration, de calme, de réflexion. Des qualités que je n'ai pas forcément, mais la pratique aide à les approcher. Et puis préparer et peindre des icônes permet de faire le vide et ça fait du bien.
Tout d'abord, un peu d'histoire....

Le mot grec icône signifie image et désigne habituellement des peintures religieuses sur des panneaux de bois, de style byzantin, grec ou russe.
Un art chrétien primitif se développa vers le début du quatrième siècle, alors que l'empereur Constantin élevait en 313, le christianisme au rang de religion d'État, et fondait la capitale Constantinople à Byzance, qui devint Istanbul.  
La peinture chrétienne des bords de l'Euphrate et celle des catacombes de Rome réunissent symboles, représentations de textes de l'ancien Testament et interprétations chrétiennes d'images païennes.
Toutes les icônes ne sont pas sur bois. Elles peuvent être en mosaïque, peintes en fresque, sculptées dans le bois ou l'ivoire ou peintes sur toile.
  
A cause de la crise iconoclaste, de 726 à 843 l'image fut interdite et la plupart des icônes détruites ou blanchies.
Elles étaient le reflet d'un conflit entre les traditions qui interdisaient l'utilisation de l'image comme par exemple les traditions sémites et islamiques, et la tradition grecque où l'image apparaissait comme essentielleC'est alors que fut établi le principe selon lequel il était légitime de vénérer les icônes mais pas de les adorer.
Le principal argument en faveur de l'icône était la tradition qui rapportait que le Christ lui-même avait laissé l'empreinte de son visage sur le voile de Sainte Véronique le "Manglion". Ce qui signifie image vraie.
Telle fût selon la légende, la première icône, le "prototype", peinte sans l'aide de la main humaine.
L'influence byzantine s'étendit à la Russie, convertie au christianisme aux X ème siècle.
En 1453 Constantinople tomba aux mains des Turcs Ottomans, mais l'influence byzantine se poursuivit.
À partir du XVI ème siècle, la Crète devint le principal centre de la peinture grecque d'icônes. 
Des siècles durant, on a peint les icônes dans des monastères, dans un environnement silencieux et contemplatif. Les différentes étapes étant exécutées par des membres de la communauté religieuse travaillant en équipe et perpétuant la tradition d'une école dirigée par un maître. Parfois ils allaient de villes en villes peindre des icônes dans des églises nouvellement construites.

Aujourd'hui, la tradition de l'icône est perpétuée par des peintres qui travaillent seuls et qui font revivre des modèles anciens datant des XIV et XV ème siècle ou bien alors réalisent des versions modernes d'icônes traditionnelles  
Ma première icône.

Je me suis retrouvée face à un problème. Trouver les matériaux nécessaires. Du bois de peuplier, de la colle de peau de lapin...
des pigments pour la couleur....des feuilles d'or.......Mais j'ai trouvé. Ce fut long et laborieux.   
Puis j'ai cherché l'icône que j'avais envie de peindre. Mon choix s'est porté sur la vierge Hodigitria.
.
vierge Odighitria RECADRE
La Vierge Hodigitria.
La vierge  dite Hodigitria, est une Vierge au trône,
soutenant l'Enfant sur le bras gauche, la main
droite ramenée devant le buste  Marie présente
son enfant à toute l’humanité en le montrant de
la main. Son rôle de médiation est mis en
évidence ; c’est pour ce motif qu’on la nomme
" Hodigitria ", conductrice. L’enfant tient toujours
à la main un petit rouleau blanc qui représente la
bonne nouvelle, l'évangile. 

 

.

.

.

.

.

 

Et voilà comment j'ai procédé.

Je me suis installée dans mon atelier au sous-sol. Après avoir défini les dimensions du panneau de bois, je l'ai encollé avec une solution de gélatine en poudre et d'eau. Mais j'aurais pu utiliser de la colle de peau de lapin. Je n'en avais pas encore trouvé!
Pour accroître la résistance au temps, j'ai collé sur la planche un tissu fin (comme la gaze qui sert aux pansements) avec la solution de gélatine.  
.
St Mathieu

   

 

    Saint Mathieu l'évangéliste.

   Je l'ai réalisée d'après une icône d'un
   prêtre qui travaillait à Ohrid vers 1300
   et qui est actuellement à la galerie des                                     
   icônes de l'église St Clément à Ohrid en 
   Macédoine. 
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Après séchage de cet encollage, j'ai préparé un enduit avec du blanc de Meudon (un plâtre très fin), de la gélatine et de l'eau.
Puis j'ai passé quinze couches de cet enduit en attendant chaque fois que la couche précédente soit sèche. C'est très long !
Après un long séchage de trois semaines, j'ai commencé le ponçage.
Celui-ci réclame beaucoup de patience. Il s'effectue avec des papiers de verre de plus en plus fins pour arriver à un fini impeccable.
Des heures de travail et beaucoup de poussière....
La surface de l'icône doit être aussi lisse que du marbre.
.
.
vierge de tendresse de Lioubiatovo RECADRE
La Vierge de tendresse de Lioubiatovo.
J'ai fait les nimbes (auréoles) en métal
repoussé puis doré.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
J'ai alors fait le dessin sur une feuille de papier aux dimensions de l'icône.
Puis lorsque j'ai été satisfaite du dessin, je l'ai reproduit à l'aide d'un papier-calque noirci au crayon sur la planche.
Puis j'ai gravé le dessin. Cette gravure est importante car elle me guidera après avoir posé la première couche de couleur.
                                                                                  
Vierge de la Passion 2
.
.
.
.
.
. La Vierge de la Passion.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
La gravure terminée, j'ai commencé la dorure du fond.
Deux modes de dorure différents sont possibles. Il y a la dorure à l'huile et la dorure à l'eau.
La dorure "à l'eau" donne un très beau brillant alors que la dorure "à l'huile" est plus satinée.
Pour ma première icône j'ai choisi la dorure à l'huile. J'ai eu du mal à trouver des feuilles d'or.  
J'ai tout d'abord passé un enduit rouge sur la surface à dorer pour que la surface ne soit plus absorbante et rehausser la beauté de l'or.  
Après séchage complet j'ai enduit cette surface avec de la "mixtion à dorer". Cela ressemble à du vernis, mais qui reste collant suffisamment longtemps pour pouvoir appliquer les feuilles d'or. Ce n'est pas facile...on retient son souffle et on ne pense plus à rien d'autre.  

L'Archange Gabriel 2;

L'Archange Gabriel.
;.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
 ;
.
.
;
Sur d'autres icônes j'ai utilisé la dorure à l'eau. Il faut tout d'abord appliquer un bol à dorer. C'est une argile très fine et très tendre mélangée à une solution de gélatine. La couleur finale de l'or dépend de la
couleur du bol ( jaune, rouge ou autre).
Cinq couches sont nécessaires, puis après séchage, on effectue un ponçage qui doit rendre la surface sans aucun défaut. On pourra alors appliquer les feuilles d'or après avoir humidifié le support. Mais ces feuilles d'or s'envolent au moindre souffle d'air.
Il ne faut plus respirer le temps de déposer la feuille avec un pinceau très large et plat
Trois heures plus tard on passe au brunissage.
Il s'agit de frotter la surface de l'or avec une agate fixée sur un manche. J'ai eu du mal à trouver l'outil.
Petit à petit le brillant de l'or apparaît. Cette opération est très longue et demande beaucoup de minutie.
.
St Mathieu 1
Voilà une autre icône de St Mathieu que
j'ai réalisée à la dorure à l'eau.. C'est un
détail d'une icône peinte vers 1360
actuellement au monastère de Chilandari
au Mont Athos en Grèce.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
..
.
.
.
.
Je peux maintenant passer à la peinture de l'icône.
La technique utilisée est celle de la tempéra qui utilise un mélange d'eau, de jaune d'oeuf et de pigments colorés.
On ajoute un peu de vinaigre pour pouvoir conserver cette peinture plusieurs jours.
La technique mise en place par les artistes byzantins, consiste à appliquer la peinture par couches successives allant des teintes foncées les plus froides aux teintes plus chaudes et plus claires.
D'où l'importance de la gravure initiale! On ne peut plus voir le dessin sous la peinture, sans la gravure.
.
.
Christ Pantocrator 28 x 37
  
Le Christ Pantocrator. Je l'ai peinte
d'après un prototype du XIV ème siècle
qui se trouve au monastère de Chilandari
au Mont Athos en Grèce.
Le Christ pantocrator est un Christ en
gloire, c'est la représentation artistique
de Jésus-Christ dans son corps glorieux
par opposition aux représentations plus
humaines du Christ souffrant la Passion
sur la Croix, ou celle de l'Enfant-Jésus.
.
.
l'Assomption
L'assomption. C'est un détail d'après
le triptyque du Maître de Cési, anonyme
Italien de Cési en Ombrie Italie.
Aujourd'hui ce triptyque se trouve au
"Musée Iles de France" à St Jean Cap Ferra.
J'étais tombée par hasard sur un article
illustré de nombreuses photos très belles
qui parlaient de la restauration de ce
triptyque. C'est ma deuxième icône.....
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
               

vierge à l'enfant Jésus 2

 

La Vierge de tendresse de Vladimir.

Peinte d'après une icône de l'église de

la Nouvelle Ascension à Pskov, en Russie,

datant de 1547.

 

   

 

 

 

 

DEUX ICÖNES DE POCHE

 

Deux petites icônes de poche:

La Vierge de tendresse et la Vierge de la passion.

Elles sont petites 10 x 14 cm !

.

.

.

 

Et voilà mon triptyque.

Je l'ai réalisé d'après une icône de Nicolas Ritzos, déisis, le Christ trônant entre la Vierge et St Jean Baptiste. Hêraklion, Crète, fin du XVe siècle.

C'est lui qui m'aura donné le plus de travail, mais aussi l plus d plaisir dans sa réalisation. C'est une création. Je l'ai tout d'abord dessiné. Puis j'ai cherché le bois de tilleul que je voulais. C'est un menuisier qui me l'a fourni. 

Les contours du dessus sont sculptés dans le bois. Les nimbes sont en métal repoussé. Le dos est lui aussi décoré pour que ce triptyque, même fermé, reste intéressant. 

Il représente le Christ Trônant entouré de la Vierge et de St Jean Baptiste.

Triptyque FACE 2  

Triptyque DETAIL   Triptyque DOS

 

 

 

Vierge trônant

 

La Vierge trônant avec l'Enfant.

Je l'ai réalisée d'après le prototype

d'une icône de Longin, peintre serbe

vers 1577. Cette icône est actuellement

au monastère de Lomnica en Bosnie. 

 

 

Vierge trônant DETAIL

            

 

 

 

 

 

 

 

 

Et bien voilà...la visite se termine.....

J'aimerais bien...un jour...pouvoir reprendre la peinture d'icônes! C'est passionnant.

A bientôt amis du net, portez-vous bien.

 

Brocélyande